1 image / 1 article (1)

Photo Jean-François Monier – AFP

—— 1. L’AUTORITÉ POLICIÈRE ET LES JEUNES DE BANLIEUE ——

De nos jours, nous ressentons de plus en plus de stigmatisation des jeunes de banlieue. De nombreuses généralités péjoratives sont proférées à leur égard: dans les banlieues le taux de délinquance serait plus élevé, les jeunes plus violents. En raison de ces clichés qui se propagent de plus en plus dans notre société, les policiers agissent envers eux de façon discriminatoire.

Les bavures entraînent une perte de confiance des citoyens envers les forces de l’ordre, l’ « autorité » policière française est de plus en plus faible. On peut donc ressentir chez les jeunes, un refus de cette autorité délégitimée. C’est une difficulté d’accepter, de personnes qui ont le pouvoir de maintenir l’ordre, qu’ils manquent de respect et se permettent d’exercer ce pouvoir par l’usage exclusif de la force.

C’est parce qu’ils profitent du statut qu’on leur confère que les jeunes ne peuvent plus les respecter.

Elise TRX et Sophia Chea

—– 2. DISCRIMINATION, CHÔMAGE ET PAS DE PLACE POUR LA JEUNESSE ? —–

Un groupe de jeunes hommes se prennent en selfie devant des CRS.

« Je m’appelle Mohamed, aujourd’hui je suis en pleine manifestation. Je ne suis pas violent, je ne suis pas un casseur. Aujourd’hui je suis là pour me faire entendre.

Hier, moi et un pote français avons fait  une expérience : je suis allé demander un emploi dans une entreprise, on ne m’a pas accepté car il n’y avait «plus de place». Mon pote français est venu cinq minutes plus tard dans la même entreprise et ils l’ont accepté. J’ai eu le courage de leur demander pourquoi lui et pas moi,  le patron a appelé la «sécurité» et on m’a jeté dehors.

J’ai 20 ans, et quand je vais chercher du travail on me fait tout le temps le même reproche «tu n’as pas assez d’expérience». Comment avoir de l’expérience si personne ne  m’accepte jamais ?

Et réussir dans la vie avec un travail qui me convienne?

Aujourd’hui je manifeste car je veux qu’on me donne une place où je pourrai vivre ma vie, avoir de l’argent pour nourrir ma future famille, aider mes proches si besoin.

Aujourd’hui je veux un métier où l’on m’accepte, un métier où on me voit comme un bon travailleur, alors devant ces policiers, je vous dis vous les patrons, vous les décideurs, vous  êtes des salauds.»

PS : Nous apprenons, aujourd’hui 15 mars, que la ministre du travail a épinglé deux entreprises (Accor et Courtepaille) pour discrimination  à l’embauche.

Roronoa/2.0

—– 3. POLICIERS ET JEUNES : QUEL RAPPORT ? —–

Plusieurs évènements ont secoué la population, notamment « l’affaire Théo » qui a engendré des violences. Mais les policiers restent-ils les « Big Brother » des jeunes ? Et si le dialogue n’était pas « totalement rompu » !?

L’après-midi du 2 février 2017, a été marqué par l’affaire « Théo », du prénom de ce jeune homme gravement blessé par des policiers lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois, une affaire dite « sensible » car elle a suscité des violences de la part des jeunes des quartiers de banlieues, qui se sont sentis visés, et qui n’ont pas hésité à exprimer leur colère et leur indignation en manifestant et en faisant des cassages un peu partout en France.  Mais les policiers ont-ils vraiment perdu la confiance des français ?

75% est notre chiffre du jour, et c’est le nombre de français qui font confiance à la police, c’est ce qu’a révélé un enquête du gouvernement, ce chiffre est à  la hausse  par rapport à l’année dernière. Ce chiffre, à mon avis est expliqué par les attentats qui ont frappé la France de plein fouet  en 2015 et 2016, et où une solidarité sans précédent a tissé des liens encore plus forts entre les citoyens et les policiers, une bonne nouvelle après des années de dialogue rompu.

Rappelons-nous, le rôle important que jouent les « gardiens de la paix » dans la société d’aujourd’hui. En effet, ils maintiennent l’ordre public et font face aux menaces auxquelles ils sont confrontés quotidiennement, parfois au péril d leurs vies. Les chiffres parlent : plus d’une dizaine de policiers perdent leurs vies chaque année pendant l’exercice de leurs fonctions qui sont de sauver et protéger la population. Alors, les « erreurs » arrivent !? Mais est-ce une raison pour attaquer nos « Héros » de tous les jours !?

Aujourd’hui, la solidarité est plus qu’essentielle. A l’heure où la France vit sous la menace d’une nouvelle attaque meurtrière. Posons-nous les bonnes questions : sommes-nous avec ou contre les forces de l’ordre ?  Et si l’ennemi revenait chez nous ! Serrons-nous assez solides, si au sein même de notre société des violences éclatent !? Et si vous êtes un jour victime ; changeriez-vous d’avis sur les policiers !? Moi je suis avec les forces de l’ordre, car leurs responsabilités sont aussi les nôtres.  ALORS AVEZ-VOUS CHANGE D’AVIS SUR LES « BIG BROTHER » ?

ANIS ABOUTITE 

————————————————————————————————————————————————————————————————————–

 

Publicités

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s